BONNE GOUVERNANCE: le Rwanda, un exemple à suivre

BONNE GOUVERNANCE: le Rwanda, un exemple à suivre

L'exemple Rwandais de bonne gouvernance

Politique
Outils
Typographie

J'ai eu le grand plaisir de dîner avec une grande sœur qui est sur notre réseau et vit au Rwanda; elle a expliqué à notre petit groupe que le Rwanda avait carrément éliminé les véhicules de fonction.

Un jour Kagamé a eu assez de payer le carburant, les frais de réparation, les pièces de rechange, les lubrifiants, les frais d'assurance, les frais de renouvellement et toutes ces autres coûts qui font qu'un véhicule coûte cher. Il a amené tous les véhicules au stade de Kigali et les a vendu aux plus offrants.

J'avais fait une note mentale de rechercher plus tard les informations. Et je vous livre ici ce que j'ai trouvé.

Le gouvernement Rwandais a vendu en tout 4000 voitures sur les 5000 du parc automobile du pays. Le "Zero Fleet Policy" (politique zéro véhicule) a commencé en 2005. Voici une photo de véhicules dans un stade à Kigali.

Comme vous le voyez, le fonctionnaire qu'il soit Rwandais ou Malien aime bien les 4x4; c'est comme une histoire d'amour et ces engins coûtent souvent jusqu'à 60 ou 70 millions CFA.

La grande question que le gouvernement Rwandais a dû se poser est la suivante: pourquoi l'Etat doit payer pour qu'un individu se présente à son lieu de travail? En tout cas, c'est celle que je me pose tout le temps. Il y a des millions de maliens qui se débrouillent pour arriver sur leur lieu de travail; pourquoi le contribuable devrait payer pour certains privilégiés?

Publicité:

Dans le nouveau système Rwandais, les hauts fonctionnaires de l'Etat peuvent acheter à crédit des véhicules hors-taxe sur 5 ans. C'est le véhicule que ces fonctionnaires utilisent pour leur travail; à l'échéance du crédit le fonctionnaire devient propriétaire. Le reste de l'administration a droit à un pool de véhicule commun. Certaines catégories (urgence, sécurité, etc.) bénéficient néanmoins de véhicules de service; avec ferme interdiction de les utiliser en dehors du service.

Sachant que ces nouvelles mesures auraient des effets négatifs sur les transports publiques (tous les fonctionnaires dé-véhiculés se rabattant sur le transport publique), Kagamé a fait baisser les taxes douanières sur les minibus à 10% - le tarif normal étant 25% (sans compter la TVA de 18%).

Le gouvernement s'est ainsi débarrassé de 80% de ses véhicules et indique avoir économisé l'équivalent de 13 Milliards CFA. Et puis il fait appel régulièrement à un cabinet étranger pour évaluer le programme et faire un audit. Le programme a été corrigé 2 ou 3 fois pour continuer à le parfaire. L'incidence aujourd'hui est de 1,8 milliard CFA annuelle.

Et si le Mali faisait la même chose? Ou allait plus loin?

Ce serait une vingtaine de milliards au minimum par an -- Dans un bulletin sur le budget malien, j'avais donné une fourchette sur le carburant utilisé allant jusqu'à 18,5 milliards CFA. En économisant ça on pourrait construire 3 hôpitaux majeurs par an. En cinq ans, ce serait 15 nouveaux grands hôpitaux à travers le pays.

Je travaille dans une entreprise qui a 4 bureaux principaux : Atlanta, Londres, Denver et Kansas City; des bureaux régionaux et une présence dans une trentaine de pays. Pour économiser les frais de transport entre ces villes, nous avons des salles de réunions équipées d'équipements de visioconférence. En plus d'un équivalent commercial du logiciel Skype sur tous les ordinateurs.

Au Mali, la visioconférence est prévue dans les ministères depuis 2005; on a même installé des fibres optiques pour cela. Aujourd'hui, curieusement on est toujours entrain d'en installer encore. 10 ans que ça dure.

Pour chaque franc que l'Etat malien investit pour le bienêtre des population, l'administration dépense 2 francs en frais. Le ratio doit être inversé. Le Mali ne sortira pas du lot des pays très moins avancés si on continue à faire la même chose.

Auteur : Karim Sylla.

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS
Publicité: