Le massacre de plusieurs dizaines de civils dans la nuit de samedi à dimanche dernier à BENI, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), se trouve être le énième d'une série de massacres perpétrés à l'arme blanche, et ce, depuis 2014. Certains observateurs internationaux n'hésitent plus à qualifier ce qui se passe dans cette localité de la RDC de véritable "génocide". Face à cette grave situation, la Ligue panafricaine UMOJA se prononce à travers un communiqué officiel, dont nous vous livrons le contenu ci-dessous.

Au terme du conseil des ministres décentralisé de Dakar, 4672 milliards ont été promis aux 14 régions. Et le président Macky d’affirmer : « J’ai toujours appelé à un débat économique, mais il n’a pas encore eu lieu. (…).On doit poser le débat économique pour savoir clairement si le gouvernement est performant ou s’il ne l’est pas, si les populations ont un mieux-être ou pas. ».

#ProcèsDeLaHonte - Le témoin Joël N'Guessan porte-parole du RDR vient de passer une bien mauvaise saison devant la Cour Pénale Internationale. Entendu à la Haye dans le cadre du Procès Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, M. Joel N'Guessan s'est attelé avec une certaine rigueur à exposer à la face du monde la doctrine du déni et de la haine qui caractérise le RDR(Rassemblement Des Républicains), l'actuel parti au pouvoir en Côte d'Ivoire. Face à ces nombreux dénis, cette haine évidente et ces prouesses mensongères méthodiquement déconstruits par l'équipe de la Défense, les ivoiriens se demandent quelle issue trouver pour établir une paix durable dans leur pays? Quelle(s) démarche(s) pour arriver à la paix lorsque des élites vont contre la réconciliation nationale ?

Initiés par l’Union européenne en 2000, les Accords de Partenariat Économique (APE) sont censés favoriser le développement économique et réduire la pauvreté en Afrique de l’Ouest. Cependant, en contraignant cette dernière à supprimer la plupart de ses protections commerciales vis-à-vis des importations de produits européens, les A.P.E serviront plus les intérêts d’une poignée de multinationales européennes tout en anéantissant le potentiel de développement des entreprises locales, à l'instar des programmes d'ajustement structurel qui, dans les années 90, ont entraîné la faillite des économies africaines au profit des multinationales. Avec les A.P.E, le risque majeur est précisément de détruire dans l’œuf l'émergence des filières industrielles africaines qui peinent déjà à se mettre en place.

Après l'immense rassemblement du 19 juin au Japon demandant le départ de l'armée américaine à Okinawa et la fermeture de la base aérienne de Futenma, c'est au tour des populations centrafricaines de réclamer le départ de l'armée française qui vampirise ce pays depuis les soit-disant indépendances. Face aux chars et à mains nues, la foule scande : "on ne veut pas de vous retournez chez vous!", "laissez nous gérer nos histoires nous mêmes"... Un signe des temps que les peuples africains commencent à se réveiller ?

Plus d'articles...

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir nos articles exclusifs par e-mail.