[Russie] LIGNE DIRECTE: que retenir de la séance de questions-réponses avec Poutine d'hier ?

Politique
Typographie

Le président russe a tenu sa 14e séance de questions-réponses avec les Russes cet après-midi, et ses propos hantent désormais tout média tant en Russie qu'à l'étranger. Sputnik se rappelle des moments les plus mémorables de la session.

La Ligne directe du dirigeant russe avec la population a duré 3 heures 40 minutes et n'a pas été la plus longue de l'histoire mais s'est révélée toutefois la plus productive quant à la réaction des fonctionnaires aux réponses du chef d'Etat russe.

Au total, M. Poutine a répondu à 80 questions alors qu'il a reçu ni plus ni moins que 2,5 millions de questions.

Sur ce qu'il faut économiser

Sur fond de crise générale, une Moscovite a demandé qu'est-ce que le président était obligé d'économiser lui-même.

"Le temps", a-t-il répondu, sans la moindre réflexion. "C'est la chose la plus chère que nous avons".

Sur le sauvetage des noyés

Une fille de 12 ans a posé crûment la question: "Si le président ukrainien Porochenko et le président turc Erdogan se noyaient, qui sauveriez-vous en premier?".

"Si quelqu'un a décidé de se noyer, il est impossible de le sauver", a répondu le numéro un russe en souriant.

En fait, M. Poutine avait déjà reçu une question similaire, mais à l'envers. Une fillette de six ans lui avait demandé si, d'après lui, le président américain Obama le sauverait si M. Poutine était en train de se noyer.

"Je voudrais vraiment que cela ne m'arrive pas. Mais sinon, le président américain est un homme honnête et courageux et je pense qu'il me sauverait", a estimé le numéro un russe.

Sur le cercle d'hostilité

Il y a quelques mois Moscou et Ankara étaient à peu près les meilleurs amis du monde, la Turquie étant un partenaire stratégique dans la région. Et soudain — querelle, relations glaciales… La même chose avec l'Ukraine. Après que les rapports se soient détériorés entre la Russie et l'Ukraine, la Russie et la Turquie, Moscou ne se retrouvera-t-il pas dans un cercle d'hostilité?

Publicité:

"Nous ne nous trouvons pas et ne nous trouverons pas dans un cercle d'hostilité. C'est absolument exclu", a martelé le président.

Sur les relations avec la Turquie

Moscou reste toujours l'ami d'Ankara malgré les divergences avec des hommes politiques concrets. En cela, il faut réagir aux actions non amicales à l'encontre de la Russie, autrement "ils vont profiter de nous", a commenté M. Poutine.

Sur sa vie privée

"J'ai entendu dire que Lioudmila Poutina (ex-femme de Poutine) était mariée. Quand connaîtrons-nous la première dame de notre pays?", a demandé une femme.

"Nous nous voyons de temps en temps avec Lioudmila, elle est contente de sa vie. Moi aussi (…). Les présidents sont élus pour que nous travaillions. Je ne sais pas si je dois parler de ma vie privée, ça pourrait influer le cours des devises ou le prix du pétrole (rires dans la salle). Ces choses sont certes intéressantes mais elles ne sont pas cruciales. Peut-être qu'un jour je pourrai satisfaire votre curiosité. Merci beaucoup.", a répondu modestement le président russe.

Sur les enfants surdoués

Un garçon surdoué de huit ans qui fait ses études avec des enfants plus âgés que lui, étudie la chimie, parle anglais et construit des robots, s'est plaint à Vladimir Poutine de l'injustice qui sévit dans le monde de l'enfance. Il a demandé pourquoi on refusait de l'accueillir dans la plus célèbre colonie de vacances en Crimée, Artek, car il serait soi-disant trop petit.

"Plus tard, ce ne sera pas intéressant!", a déploré le garçon, et a proposé alors de réviser le programme pour les enfants surdoués.

"C'est une décision incorrecte. De toute évidence, cette décision a été prise par des gens qui n'étaient pas surdoués…", a fait remarquer le président.

À l'issue de la séance, le garçon a été invité au Centre de recherche et développement Skolkovo pour qu'il observe comment travaillent les spécialistes et en sache plus sur le fonctionnement du centre.

Le rêve du garçon est plus qu'inattendu pour son âge: il veut élaborer du carburant pour les fusées. Et il semble que grâce à sa question il soit plus près de son rêve.

Sur les accords de Minsk

Y aura-t-il de nouveau la guerre en Ukraine?, a-t-on demandé au président.

"Il faut que les gens qui vivent dans le sud-est du pays aient des droits. Pour cela il faut des modifications dans la constitution, une loi sur le statut spécial du Donbass et sur l'amnistie. Mais on n'y parvient pas. Ils disent qu'il y a des tirs sur la ligne de front, mais c'est une excuse pour ceux qui ne veulent pas appliquer les accords", a souligné M. Poutine."

"Si nos partenaires américains veulent que nous suivions cette voie, il faut travailler avec les autorités de Kiev, faire pression sur elles, et appliquer ce que nous pouvons. Mais je pars du principe qu'il n'y aura plus d'activités militaires intenses. M. Porochenko (le président ukrainien, ndlr) a proposé de renforcer la présence de l'OSCE et d'armer ses membres. Nous le soutenons, mais il faut que l'OSCE prenne cette décision".

Sur la principale erreur d'Obama

On a demandé au président de commenter la déclaration d'Obama qui a reconnu que sa principale erreur était la Libye.

"Tout d'abord, cela confirme que le président US est un homme honnête. Avouer une telle chose n'est pas simple. Barack, quand il était sénateur, critiquait l'administration de l'époque en Irak. Et malheureusement, en tant que président, il a réalisé ces mêmes erreurs qu'il dénonçait. Il est bien qu'il ait le courage de faire de telles déclarations. Il est déplorable que cette série d'erreurs se poursuive. Une même erreur a failli être commise en Syrie. Mais dernièrement nous avons organisé ce travail de façon positive. Il y a un intense travail commun (…) sur le règlement syrien. J'espère qu'il aura des résultats positifs", a résumé Vladimir Poutine.

Sur son péché le plus grave

Le péché de Vladimir Poutine, c'est de dire des gros mots. Pourtant, seulement contre lui-même.

Sur la prochaine cible des forces aériennes russes

Oui, la Russie a ses monstres auxquels elle doit s'attaquer, ce sont les problèmes de routes et de nonchalance, voilà les prochaines cibles de Moscou, a expliqué le président.

Publicité:

Il s'agissait de la 14e séance de questions-réponses avec la population où le président russe a répondu aux questions des Russes concernant la vie politique, économique et sociale du pays, ainsi que sur la situation internationale.

Au total, on a envoyé à Vladimir Poutine environ 2,5 millions de questions, ce qui fait un total de 2.500 questions par minute.

Des interventions en direct ont été diffusées depuis la Crimée, l'île de Sakhaline, la région de Voronej, Tomsk (Sibérie) et Toula.

Vidéo intégrale de l'émission "Ligne directe" avec Poutine (Version Francçaise)

Source: sputniknews

Publicité:

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS