fbpx

[Cameroun] Maurice Kamto à Paris : la grande démonstration de force !!!

Politique
Typographie

Le président du MRC(Mouvement pour la Renaissance du Cameroun) Maurice Kamto est en tournée internationale à la rencontre de la diaspora Camerounaise. Après les Etats-Unis, c'est à Paris à la Place de la République qu'il a donné rendez-vous aux Camerounais pour son grand meeting d'explications après son mot d'ordre de boycott des élections municipales et législatives du 9 février prochain...Ce sont des milliers de militants et non militants du MRC venus de toute l'Europe qui ont déferlé à la place de la République pour venir écouter le désormais ex-détenu politique du régime du Président Paul BIYA.

Au cours de ce meeting qualifié d'historique par de nombreux observateurs, le candidat sorti officiellement perdant des dernières élections présidentielles par décision de la cour constitutionnelle, continue à clamer sa victoire volée et à pointer du doigt les fraudes électorales qui auraient conduit à la confiscation du pouvoir par le régime du Président BIYA...:

"Nous avons gagné ces élections, nous l'avons gagné dans les urnes ! On a voulu vous raconter des sornettes. On a voulu vous dire comment ce petit 48h il ait pu savoir les résultats. mais justement parce que eux ils étaitent dans le dispositif avec lequel ils fonctionnaient depuis 1960. Mais nous avons pris des dispositions pour que dès la clôture des bureaux de votes, nous ayons les résultats de chaque bureau de vote et nous les avions...et j'ai dit, je le redis ici à Paris, j'ai mis au défi ceux qui sont en charge de la conduite des affaires du pays, que s'ils le veulent, que l'on passe au recomptage des votes."

Notons que la dénonciation du "hold-up" électoral par Monsieur KAMTO lui a valu, et à plusieurs dizaines de ses soutiens, une détention de plus de huit mois, de janvier à octobre 2019, et une activité surveillée de près depuis sa sortie de prison.

L'hommage rendu à la France, "pays de liberté"

Il a remercié les autorités françaises d'avoir permis l'organisation de ce meeting à la place de la République, un symbole fort envoyé par les autorités françaises en direction des autorités de Yaoundé, d'après monsieur KAMTO :

"Je veux adresser mes plus chaleureux remerciements aux autorités de ce pays, la France, qui nous permet de nous réunir ici, d'organiser une manifestation publique que nous ne pouvons pas organiser chez nous au Cameroun. En rendant cela possible, ils veulent confirmer que la République française est porteur d'un certain nombre de valeurs fondamentales parmi lesquelles la valeur de liberté. Mais ils envoient un message en direction de ceux qui ailleurs revendiquent bruyamment leur soutien alors qu'ils ne partagent pas ces valeurs. Il faut que l'on comprenne une fois pour toutes que la République est un ensemble de valeurs partagées (...), et ce sont des valeurs de liberté et d'humanisme profond, du respect de l'autre. En chaque être humain, j'ai l'image de moi-même. Je dois assumer mon humanité dans la liberté de l'autre. Et si l'on a cette conception, on ne peut pas brutaliser, torturer et tuer des camerounais."

Pourquoi le MRC ne participera pas aux élections municipales ni législatives du 9 février ?

Au nombre des raisons avancées pour justifier le retrait de son parti du processus électoral, il déclare que les élections en l'état ne permettront pas de résoudre les problèmes du pays, mais plutôt à les exacerber.

"L'élection du 9 février ne résoudra aucun problème, au contraire, ça va exacerber la crise(...) Comment pouvons-nous aller aux élections alors que la guerre se poursuit et que ces populations plongées dans la guerre ne pourront pas prendre part aux élections? Le faire voudrait dire que nous actons de fait la partition du pays"

Il a exigé également la nécessité de réformer de façon consensuelle le système électoral camerounais de façon à s'accorder sur les règles du jeu pour éviter de nouvelles crises post-électorales.

KAMTO exige la libération immédiate de tous les militants "détenus"

Monsieur Kamto a exigé la libération immédiate de ses quinze camarades militants encore détenus et en a patiemment égrené la liste en soulignant le cas du 1er vice président de son parti, monsieur Mamadou Yacouba Mota, qui dit-il a été "physiquement broyé mais il reste plus fort que jamais mentalement." Et d'enjoindre à tous les militants du MRC de "travailler jour et nuit" pour obtenir leur libération.

Le conflit "armé" dans les régions nord-ouest et sud-ouest

Monsieur Kamto est revenu sur le conflit meurtrier qui opposent les indépendantistes anglophones à l'armée camerounaise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du pays en le qualifiant d'une "véritable guerre civile" et d'un "vrai désastre". En trois ans, les affrontements ont fait des milliers de morts et plus de 700.000 déplacés dans ces deux régions, qui comptent environ 16% de la population.

"Je condamne toutes les formes de violences d'où qu'elles viennent" mais "on doit écouter les Anglophones y compris les extrémistes quitte à leur dire vous empruntez la mauvaise voie", a-t-il estimé. "Je ne suis pas, je ne serai jamais pour la partition du Cameroun".Maurice KAMTO

Notons que le boycott décrété par le MRC n'a pas été suivi par l'ensemble des partis d'opposition

Crédit publication : La rédaction - AfroPolitis Média

Auteur : Kouamé Kouadio, fondateur et directeur de publication - AfroPolitis Media

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS