fbpx

[Opinion] George Floyd : ''Tant pis pour toi qui a cru au cauchemar étatsunien, moi j'ai le mien! ''

Société
Typographie

Maman m'a toujours dit de balayer devant ma porte avant de faire le ménage chez les autres. Ce comportement hérité du colon français ne nous fait pas du bien. Je comprend l'émotion qui peut nous guider mais le racisme est maître chez nous aussi et nous restons encore spectateur ou même complice.

Il est d'autant plus fort que l'état colonial se trouve à 8000 km de nous contrairement aux État-Unis sur une même terre. J'observe mon peuple qui s'émeut encore un fois alors qu'il danse la valse pour faire honneur à nos bourreaux. Plusieurs de nos rendez-vous avec l'histoire sont empreints de racisme.

Même si il n'y a rien de plus atroce que la traite et la mise en esclavage des africains déportés, ma conscience reste marquée par l'assassinat d'André Aliker. Nous connaissons tous le commanditaire, il n'a eu la vie sauve que parce qu'il était un Blanc créole riche propriétaire. Un crime raciste accomplie par des mains noires comme pour Malcom X. Ce pouvoir hérité par le blanc créole est toujours là aussi pesant.

Yves Hayot empoisonneur en chef reconnu comme fabricant officiel de la molécule qui nous tue n'a jamais été inquiété il s'agit toujours d'un blanc créole riche. Plus grave encore les propos de Guillaume de Reynald jamais condamné pour incitation à la haine raciale et incitation à la violence. Je ne reviendrai pas sur les propos du vieux raciste décoré par Le maire de Case Pilote devant Antiste et Marie-Jeanne.

Nous sommes dans des sociétés qui ont tété à la mamelle du racisme depuis le début de la colonisation. Qualifier un homme de chaben, de câpre, de mulâtre tout est question de couleur de peau dans les colonies. Le fondement de la société coloniale s'est la haine et le complexe de supériorité raciale.

Tous les grands défenseurs des droits de l'homme ne s'insurgent pas devant des groupes tel la Jah famillia, bras armé du génocide par substitution. Comme disait le poète, ici tout est blanc : ARS, CHU, météo, recteur, préfet et bien d'autres.

Pour éviter la consanguinité, les blancs créoles font venir des cadres leucodermes pour "sauver son peuple en voie de disparition", dixit De Jaham à l'époque de palé pa ni sézon.

Un véritable réseau est mis en place pour nous mettre au banc d'une société qui n' a jamais été Ta nou. Vagabonds, errants, sans domicile fixe le titre honorifique de celui qui ne marche pas dans les rangs. Tout est histoire de couleur de peau ici, le virus inoculé par Lynch nous contamine de générations en générations.

On adule des artistes qui se blanchissent la peau. On admire les présentatrices qui se lissent les mèchent rebelles. La publicité taille la part belle à nos jolies "métisses". La négritude est décriée pour la créolité et l'africain déporté se fait traiter de "Noiristes". Le gendarme blanc pour nous arrêter en douceur, le policier noir pour le bâton de l'oppresseur. La libre antenne pour Zemmour et le placard pour Dieudonné. Et vous oser me parler d'égalité.

Je vomis la race de l'oppresseur. Je n'ai jamais eu envie de vivre le cauchemar états-unien car moi aussi j'ai le mien et je dois me battre au quotidien contre cette barbarie qu'on ose appeler "démocratie".

Chaque jour leurs statues insultent la mémoire de nos ancêtres et je dois me taire pour ne pas être à l'image de cette violence quotidienne qui assassine l'homme noir sur tout les continents.

Je dois passer sous silence la complicité de mes frères qui jouent encore le terrible jeu des dominants ?

L'esclavage n'a jamais été aboli, la mort de Georges l'atteste comme les coups reçus par Lubin avant le grand Gaoulé de 1870.

Il est temps que notre rêve de liberté se réalise même si quelques statues doivent encore s'écrouler et que notre statut change en réalité. Alors que le feu purifie définitivement l'habitation charnier, hantée par des âmes parties sans sépultures, et pour ses ossements devenus propriété de votre ministère de la culture.

Honte à vous défenseur de ce désordre colonial n'avez vous donc jamais lu le discours contre le colonialisme ?

Vos arguments tournent autour de la thèse de l'étudiant mais des damnés de la terre vous cachez le Nannan.

Source : nzilapawol.com

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS