fbpx

[France] Séparatisme : un pas de plus dans l’indignité

Politique
Typographie

Dans l’atmosphère pesante d’une pandémie qui n’en finit pas de finir, dans une France saisie par l’incurie d’un gouvernement qui n’est plus à démontrer, la majorité des députés présents, lors de la séance du 4 février 2021, y compris ceux qui se sont élevés contre la loi sécurité globale, ont voté pour l’adoption de l’article 4 de la loi « séparatisme », dans une unanimité mettant le cœur hors les lèvres :

  • Nombre de votants : 134 députés présents sur 577 élus
  • Nombre de suffrages exprimés : 130
  • Majorité absolue : 66
  • Pour : 130
  • Contre : 0
  • Abstention : 4

Analyse du scrutin n° 3361

Ce vote est une nouvelle démonstration de la colonialité du pouvoir, et de la faillite de la classe politique française. Il est révélateur que pas un seul député n’ait voté contre cet article particulièrement répressif, punissant de 5 ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende toute attitude considérée comme menaçante à l’encontre d’un agent du service public. La France politique qui se laisse guider par la xénophobie de la république en marche accepte qu’une partie des citoyens français, dont les noirs, les arabes et/ou musulmans soient perçus comme menaçants et vus comme des terroristes. Avec cet article, les députés, élus pour représenter les personnes qui ont voté pour eux, parmi elles, des noirs, des arabes et/ou des musulmans, viennent légaliser et renforcer la violence d’Etat qui s’abat déjà sur ces corps qui n’ont jamais cessé d’être racisés et racialisés.

Il est inutile de commenter l’attitude de ceux qui ont voté Pour. Ceux-là assument ouvertement leur soutien au racisme d’Etat et à son renforcement. L’indignité se trouve dans la complicité de ceux qui se sont abstenus ou de ceux qui ne se sont pas donné les moyens de participer à ce vote, permettant ainsi l’adoption sans opposition de cet article.

Certains députés, ayant voté pour cet article 4, sont membres de partis politiques ou d’organisations qui représentent les intérêts des précaires, des banlieues, des migrants et s’inscrivent dans la lutte antiraciste ; votant pour cette indignité, ils démontrent au service de quels intérêts ils oeuvrent. Leur idée du peuple nie notre existence. Cette représentation politique indigne ne représente qu’elle-même et participe à la colonialité du pouvoir et à celle que des Êtres imposent à ceux qu’ils considèrent comme des Non Êtres.

Avec les lois « sécurité globale » et « contre le séparatisme », la devise, Liberté, Egalité, Fraternité, dont s’enorgueillit le président de la république qui s’en veut le garant, devient Subjugation, Colonialité, Exclusion.

La Fondation Frantz Fanon appelle à se mobiliser contre le racisme structurel et particulièrement contre la négrophobie et l’islamophobie et réaffirme son soutien à la constitution d’une Coordination autonome de lutte contre l’islamophobie, dont la loi contre le séparatisme est la partie visible de l’iceberg.

Résistons au séparatisme que l’Etat veut imposer et ne craignons pas de dénoncer les prétendus représentants du peuple qui se font l’écho de politiques liberticides, racistes et racialisantes.

Par : Fondation Frantz Fanon

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS