fbpx

Géopolitique : ces nouvelles armes de Poutine qui font basculer l'humanité vers un monde multipolaire

Politique
Typographie

Le 1er mars 2018 dernier, le Président Vladimir Poutine avait fait devant le parlement russe un exposé de 2H portant sur sa politique, et au cours duquel il leva le voile sur les nouvelles armes de la Russie, qui la rendaient désormais "invulnérable" face à ses ennemis, et qui la plaçaient de facto dans la catégorie des nations "qu'il vaut mieux écouter" au niveau international. Cette série d'annonces d'armes nouvelles aux caractéristiques incroyables ont surpris le monde entier, au moment où la Russie venait justement d'affirmer sa supériorité militaire dans la guerre de Syrie.

Ils sont "invincibles", "hypersoniques", d’une "portée illimitée" ou "indétectables par des radars", voici entre autres, les termes utilisés par le Président Russe pour présenter ces nouvelles armes de défense de l'armée Russe, lors d'un exposé tenue face au parlement il y a déjà plus d'un an. AfroPolitis.com vous présente ces 6 armes révolutionnaires de la Russie qui ont fini de rebattre les cartes géopolitiques, et qui précipitent la construction d'un monde multipolaire, plus intégré et plus respectueux de la souveraineté des peuples.

Pour le chercheur français Jean-Pierre PETIT, la France a pris un retard considérable dans ces domaines de l'industrie de l'armement, ce qu'il regrette amèrement en ces termes :

Au passage cela illustre les carences de la gestion de la recherche en France. En 1976 j'étais en avance dans le domaine de la MHD, même sur les Russes (...). On a loupé ce train-là. Par contre on continuera à financer des projet pharaoniques et ruineux que sont ITER et MEGAJOULE, voués à l'échec. Aucun débat scientifique sur ces sujets. On loupe également le train des Z-machines, de la fusion neutronique, etc . Mais en France on ne change pas une équipe qui perd.Jean-Pierre PETIT

Quand Poutine expose les armements révolutionnaires de la Russie, le monde multipolaire prend forme...

1-SARMAT, un missile intercontinental à têtes nucléaires

Le missile balistique intercontinental (ICBM) à têtes nucléaires MIRV RS-28 Sarmat (dénomination OTAN SS-X-30 Satan-2) de 200 tonnes. Propulsion à propergol. Orbite basse de 150 km, plus difficile à détecter en vol que les missiles nucléaires classiques dont l'apogée est à 1200 km. Très longue portée (11000 km) capable de trajectoire transpolaire via le pôle Sud. Remplace le missile soviétique RM-36M Voevoda (dont la dénomination OTAN était SS-18 Satan).

2-BOUREVESTNIK, un missile à portée illimitée

Un petit missile de croisière supersonique à basse altitude et de portée illimitée, de type SLAM (Supersonic Low Altitude Missile) à statoréacteur + réacteur nucléaire embarqué, capable de louvoyer et de suivre le relief du terrain. Comme il ne consomme pas de carburant, il a une portée virtuellement illimitée. C'est l'équivalent russe du projet Pluton qui était le moteur atomique du SLAM. Sur ce missile, pas besoin de MHD. Sa vitesse n'est pas précisée, mais sans doute qu'elle s'évalue aux alentours de Mach 3 à 4.

3-KANYON STATUS, un drône sous marin avec un réacteur nucléaire générateur d'électricité

Le drone sous marin UUV (Unmanned Underwater Vehicle) à tête nucléaire Kanyon Status-6 dispose d'un réacteur nucléaire embarqué produisant de l'électricité pour alimenter son système de propulsion sous-marin MHD.

Ce drone serait capable de recouvrir des villes côtières de la taille de New York City sous un immense tsunami radioactif... Autant dire qu'il s'agit du "sous-marin du Dr Folamour."

4-KINSHAL, un missile aéroporté hypersonique dénommé "le poignard"

Le missile aéroporté Kh-47M2 Kinzhal hypersonique (Mach 10) est un missile à double usage : explosif conventionnel ou nucléaire.

Testés avec succès en 2018, les missiles hypersoniques Kinshal ("poignard" en russe) ont atteint, lors des essais, toutes les cibles de la taille d’une voiture et à une distance de plus de 1 000 km, selon le ministère russe de la Défense.

Jean-Pierre PETIT suggère une propulsion composite, grâce à une fusée à poudre d'une part, et via un générateur MHD situé dans la tuyère d'autre part, qui convertit la vitesse d'éjection des gaz brûlés (éventuellement ensemencés au cesium pour en améliorer la conductivité) en électricité, qui alimente un accélérateur MHD à l'avant de manière à diminuer voire annuler l'onde de choc. C'est le principe de fonctionnement des générateurs MHD Pamir de Pavlovskii, utilisés entre autres dans la "machine à tremblement de terre" :

5-AVANGARD : un drone hypersonique à têtes nucléaires

Le drone Avangard hypersonique (Mach 20) de type waverider équipé de têtes nucléaires. Lancé par missile balistique RS-26 Rubezh ou le nouveau RS-28 Sarmat il volerait ensuite en planant dans la haute atmosphère selon des trajectoires imprévisibles (louvoyantes), avant de s'abattre sur sa cible "tel un météore". Impossible à intercepter. Comme c'est un planeur, le nez et les bords d'attaque sont très effilés, le problème étant dans ce cas que l'onde de choc frontale n'est pas détachée (contrairement au nez émoussé de la navette spatiale par exemple). À Mach 20, la température due à la recompression de l'air immédiatement derrière le point d'arrêt de l'onde de choc (plus de 20000 °C !) serait insupportable pour n'importe quel matériau. Solution OBLIGATOIRE : détacher et adoucir l'onde de choc grâce à un bourrelet de plasma protecteur émis sur le nez de l'engin. Source d'énergie : un générateur embarqué qui convertit en électricité l'énergie cinétique de l'écoulement hypersonique incident. Pour le principe de ces technologies, voir le projet d'avion hypersonique Ajax

6-PERESVET : Un canon laser de combat top-secret

Non, ce n'est pas une science fiction, c'est opérationnel ! Les caractéristiques techniques des systèmes laser de combat Peresvet ("très clair" en russe) sont classées secrètes. Selon des médias russes, ces systèmes mobiles sont en train d’être testés et seraient prêts au combat en décembre 2018.

En vidéo : Les analyses scientifiques de Jean-Pierre PETIT, chercheur français renommé

D'après Jean-Pierre PETIT, le recours à la MHD pour assurer des évolutions hypersoniques est incontournable. Le Drone sous-marin et le planeur hypersonique sont 100 % MHD. Le poignard, qui vole à Mach 10, avec une durée de vie de 10 minutes, a une source d'énergie primaire chimique, mais un système MHD propre à assurer son vol hypersonique en air dense . Le missile de croisière reprend un projet de stato-réacteur nucléaire américain SLAM de 1955-1961. Poutine met K.O le système ABM américain.Jean-Pierre PETIT

Par La rédaction - AfroPolitis.com

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS