fbpx

Manipulations : 17 techniques employées par les politiques pour enterrer la vérité

Société
Typographie

À la télé dans les débats politiques, dans les interviews dans les journaux, les gouvernements, les désinformateurs, les politiques, utilisent des techniques de manipulations éprouvées pour faire passer leurs intérêts et leur cause dans l'opinion publique. Ce document vous présente le guide des techniques employées par les hommes politiques et autres manipulateurs d'opinion publique pour décrédibiliser leurs adversaires et enterrer les sujets sensibles.

À la télé dans les débats politiques, dans les interviews dans les journaux, les gouvernements, les désinformateurs, les politiques, utilisent des techniques de manipulations éprouvées pour faire passer leurs intérêts et leur cause dans l'opinion publique. Ce document vous présente le guide des techniques employées par les hommes politiques et autres manipulateurs d'opinion publique pour décrédibiliser leurs adversaires et enterrer les sujets sensibles.

En effet, des allégations d’activités criminelles fortes et crédibles peuvent faire tomber un gouvernement. Quand le gouvernement n’a pas une défense efficace et basée sur les faits, d’autres techniques sont employées. La réussite de ces techniques dépend grandement d’une presse coopérative et complaisante ainsi que d'une opposition politique symbolique. Voici la liste de leurs techniques pour gruger les peuples :

  1. Garder le silence.

    Si ce n’est pas reporté, ce n’est pas une actualité, ce n’est pas arrivé.

  2. Indigné de cire.

    Également connu sous le nom du stratagème » Comment oses-tu ? « .

  3. Ce sont des rumeurs

    Qualifier toutes les charges comme étant des » rumeurs » ou, mieux, des » rumeurs folles « . Si en dépit de l’absence d’informations, le public est toujours mis au courant des faits suspicieux, ce n’est que par l’intermédiaire de » rumeurs. » (S’ils tendent à croire aux » rumeurs « , c’est probablement parce qu’ils sont simplement » paranoïaques » ou » hystériques. « )

  4. Démolir l’argument épouvantail.

    Ne vous occupez que de l’aspect le plus faible des charges les plus faibles. Encore mieux, créez votre propre argument épouvantail. Inventez des fausses folles rumeurs (ou créez des fausses histoires) et faites les entrer en action lorsque vous semblez discréditer toutes les charges, réelles et fantaisistes à la fois.

  5. «Conspirationnistes«

    Ils utilisent des mots comme » théoricien de la conspiration « , » barjot « , » râleur « , » fou « , » cinglé » et, bien sûr, » commères » pour qualifier les sceptiques. Soyez bien certains d’utiliser des verbes et des adjectifs forts lorsque vous caractérisez les accusations et défendez le gouvernement » plus raisonnable » et ses défenseurs. Vous devez faire bien attention à éviter les débats ouverts avec toutes les personnes que vous avez ainsi calomniés.

  6. Contester les motivations.

    Essayez de marginaliser les personnes critiques en suggérant fortement qu’elles ne sont pas vraiment intéressées par la vérité, mais qu’elles poursuivent simplement un but politique ou qu’elles veulent simplement gagner de l’argent.

  7. Invoquer l’autorité.

    Ici, la presse contrôlée et la fausse opposition peuvent être très utiles.

  8. «Ce sont de vieilles rumeurs«

    Écarte les charges comme étant des » vieilles nouvelles. «

  9. Cracher une moitié du morceau.

    Cela est également connu sous le nom de » confession et évitement. » De cette façon, vous pouvez donner une impression de franchise et d’honnêteté tandis que vous n’admettez que des » erreurs » sans conséquences et pas du tout criminelles. Ce stratagème requiert souvent l’existence d’un plan B, différent de celui d’origine.

  10. «C'est complexe, ce n'est pas si simple !«

    Décrire les crimes comme étant incroyablement complexes et la vérité introuvable.

  11. Raisonnement à l'envers

    Raisonnez à l’envers, utilisez la méthode déductive avec vengeance. Avec une déduction rigoureuse, les preuves pénibles perdent toute crédibilité. Exemple : Nous avons une presse totalement libre. Si les preuves existent comme quoi la lettre de » suicide » de Vince Foster a été falsifiée, ils l’auraient reporté. Ils ne l’ont pas reporté donc il n’y a pas de telles preuves.

  12. Tu ne crois pas ? Trouve la réponse toi-meme !

    Demander aux sceptiques de résoudre totalement le crime. Exemple : si Foster a été tué, qui l’a tué et pourquoi ?

  13. Changer de sujet.

    Cette technique inclut la création et/ou la publication de distractions.

  14. Edulcorer, minimiser

    Signalez légèrement les faits incriminés, mais n’en faites rien. Cela est souvent assimilé au signalement » touche et cours « .

  15. Mentir effrontément sans détour.

    L’une des façons les plus efficaces de faire ceci est d’attribuer les » faits » fournis aux publics à une source au nom plausible, mais anonyme.

  16. Inonder internet d’agents.

    C’est la réponse à la question, » qu’est-ce qui pourrait pousser quelqu’un à passer des heures sur les newsgroups d’internet pour défendre le gouvernement et/ou la presse et discréditer les critiques authentiques ? » Est-ce que les autorités n’ont pas assez de défenseurs avec tous les journaux, magazines, radios et télévisions ? Certains peuvent penser que refuser d’imprimer des lettres critiques et écarter les appels sérieux ou les interdire des talkshows à la radio est suffisant comme contrôle, mais, apparemment, ce n’est pas le cas.

Pour développer un petit peu plus les points 4 et 5, faites que vos propres compères » exposent » leurs scandales et défendent des causes populaires. Leur travail est de contrecarrer les vrais adversaires et de jouer au football sur 99 yards. Une alternative est de payer les gens riches pour ce travail. Ils vont prétendre dépenser leur propre argent.

Source :

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS