fbpx

[Portrait] Babel Sow, la Sankara de demain ?

Politique
Typographie

«Monsieur le maire, avec tout le respect qui est dû à votre fonction, allez-vous faire foutre ! » C'était avec ces mots que Ndeye Nogaye Babel Sow, jeune femme voilée de 16 ans, présidente de son lycée, s'était rendue célèbre dans son pays le Sénégal. Elle prenait ainsi à partie le maire de Dakar qui venait distraire la galerie, accompagnée de quelques journalistes médiocres ramassés à la télévision nationale. Sa franchise ou plutôt sa "bouche trouée" ne l'a plus quitté.

Une année seulement après cet acte de bravoure qui lui valu l'admiration de nombreuses personnalités, elle obtenait son Baccalauréat avec mention et se voyait proposer une bourse pour poursuivre ses études en France. Elle rejeta cette proposition, causant ainsi le désarroi de son père à qui elle répondit : "C'est pourtant toi qui m'a appris Sankara, Lumumba, Malcolm X et autres". Elle voyait là, une bonne occasion de mettre en pratique le panafricanisme. Elle décide alors d'étudier le droit au Sénégal sinon dans une grande université Africaine car "L'Afrique a besoin de ses meilleurs cerveaux."

La France se présenta à elle une seconde fois lorsqu'elle obtint le prix Aimé Césaire qu'elle refusa d'ailleurs, au motif qu'"Aimé Césaire ne luttait pas pour la France, mais pour l'indépendance des antilles". Elle gagna par la suite, grâce à sa force oratoire et son charisme plusieurs distinctions en poésie, en plaidoirie et en débats universitaires, au Sénégal puis en Côte d'Ivoire.

C'est en 2011, quand elle apprend, à la télévision le bombardement par la France de la présidence Ivoirienne qu'elle décide d'entrer dans le monde militant. NOGAYE BABEL SOW rencontre "l'étoile noire" KEMI SEBA qui, bien qu'inquiété par le franc parler de la jeune soeur, l'a qualifie ensuite de "génie" et décide avec Hery DJEHUTY d'en faire la porte parole de son ONG "Urgences Panafricanistes".

Il réalise avoir trouvé une de ces princesses Africaines que les livres d'histoire nous racontent. Selon lui "Elle n'a jamais eu peur de se faire gazer ou emprisonner pour ses convictions."

Avant la visite du président Français au Sénégal en 2018, inspiré par les manifestations anti-Françafrique de 2017 au Burkina Faso, un collectif "FRANCE DÉGAGE" se crée en vue d'une grande manifestation qui sera elle aussi occultée par tous les médias "libres et indépendants" Français.

Les membres de ce collectif, cherchaient un porte parole et leur choix se porta naturellement sur cette femme.

NOGAYE releva le défi et se porta même volontaire pour mener la marche. La marche fut réprimée, et sa meneuse emprisonnée avec plusieurs autres organisateurs. Mais c'est surtout lors de l'emprisonnement de KEMI SEBA, qui venait de brûler un billet de Franc CFA en publique, qu'elle a aussitôt mis en oeuvre son autorité et son talent de meneuse d'hommes par la mobilisation de la jeunesse, forçant le gouvernement à le libérer au bout de quelques jours.

Désormais Coordinatrice du mouvement, elle prépare son doctorat en ingénierie juridique et anime de façon bénévole une chronique sur TV1 Afrique. Femme de valeur, cette guerrière noire est devenue source d'inspiration pour beaucoup de jeunes Africaines et s'irrite de se voir qualifiée de féministe car dit elle:

"Le féminisme est le combat de la femme blanche. Le combat de la femme noire est au côté et non contre l'homme noir."

Le panafricanisme n'a en effet nullement empêché une femme voilée comme elle, qui adore cuisiner pour son époux, de dénoncer l'excision ou les violences conjugales.

Pour le futur, NOGAYE BABEL SOW ambitionne la création d'un cabinet international d'avocats panafricains afin de promouvoir l'indépendance de la COUR INTERNATIONALE DE JUSTICE AFRICAINE et se battre pour que des questions comme les biens mal acquis, les massacres, ne soient plus la chasse gardée de certaines ONG occidentales.

Crédit publication : Misstine Tine

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS