fbpx

« Super Sunday » africain: quatre présidentielles, quatre défaites pour la France

Politique
Typographie

Des élections présidentielles ont eu lieu, le dimanche 20 mars, dans quatre pays d’Afrique : le Bénin, le Congo, le Niger, le Cap Vert. La France n’en sort pas grandie

Chapeau bas à Lionel Zinsou, le Premier ministre du Bénin, qui dès le lundi 21 mars dans la matinée a téléphoné à son rival, l’homme d’affaires millionnaire et nouveau président du Bénin, Patrice Talon, pour reconnaitre sa victoire à l’issue d’une campagne présidentielle exemplaire. Soutenu par le chef d’Etat sortant, Thomas Boni YAYI, cet ancien conseiller de Laurent Fabius, a vraiment mouillé sa chemise et …foulé son poignet en s’engageant dans les bains de foule exténuants de ce processus électoral. Lui qui était promis à une belle et paisible carrière en Europe où il est salué comme un excellent banquier d’affaires a pris des risques.

Haine anti française

Le seul tort finalement de Lionel Zinsou aura été d’endosser la totalité de l’héritage du chef d’Etat sortant, Thomas Boni Yayi, y compris les quelques turpitudes financières que ce dernier traîne avec lui. C’est peu, par les temps qui courent. Et rien n’indique que le troisième tour judiciaire qui devient un passage obligé en Afrique n’entrave pas les alternances politiques souhaitables.

Pour une fois, la diplomatie française, en soutenant Lionel Zinsou, avait misé sur le bon cheval. Et bien la nouveauté, la voici: le soutien français qui aurait pu être une carte maîtresse pour Lionel Zinsou s’est retourné contre lui, et souvent de la façon la plus clairement haineuse.

Publicité:

Comment ne pas entendre l’avertissement? Une partie du peuple béninois n’a pas voulu d’un Zinsou libéral, moderne et ouvert parceque trop blanc et trop lié aux intérêts français. La démocratie lorsque par bonheur elle fonctionne en Afrique de l’Ouest ne favorise guère les amis de la France, généralement perçus comme acoquinés à des régimes corrompus et autoritaires. La Françafrique laisse des cicatrices.

Feux oranges

Au Niger, où un proche de François Hollande et membre de l’internationale socialiste, le président Issoufou, devrait être reconduit dans ses fonctions à l’issue d’un scrutin totalement fraudé, où son principal opposant, Hama Amadou, aura fait campagne successivement dans une cellule de prison puis une chambre d’hôpital, la France aura brillé par son silence pesant. La réouverture de deux mines par Areva, confie-t-on en haut lieu, vaut bien qu’on passe son tour.

Au Congo, l’Elysée a également montré beaucoup de mansuétude lorsque le président Sassou organise des plébiscites pour modifier la constitution, fait tirer sur la foule durant la campagne présidentielle ou n’hésite pas à envoyer la force publique, durant la journée de dimanche, pour réprimer les malheureux citoyens congolais qui tentent de surveiller le dépouillement/ Le tout sur fond d’interruption de l’ensemble des communications sur internet entre le Congo et le reste du monde. Là aussi, on sait se souvenir que notre ami Sassou a mis la main à la poche pour nous aider à financer la COP 21 et a fait de la France le premier partenaire commercial du Congo.

Place aux « démocratures »

Dans ces deux pays, il s’agit évidemment d’un alliage improbable entre des formes démocratiques et une réalité restée dictatoriale. Le joli néologisme de « démocratures » est parfaitement adapté à des régimes. Leur seul souci, durant ces scrutins qui n’en sont pas, est d’offrir un abord présentable à la communauté internationale. Encore faut-il savoir négocier avec les forces sociales et politiques en présence pour rendre acceptables ces parodies de démocratie. Or Issoufou et Sassou ont perdu la main, condamnés à la seule manière forte.

Publicité:

Face à ces gesticulations, François Hollande et son gouvernement se réfugient dans un autisme coupable, une sorte de feu orange que l’on envoie à ces régimes discrédités. Passez en force, mais évitez la casse. Résultat: le divorce s’accentue entre la France et les peuples d’Afrique de l’Ouest. Le capital de sympathie de la patrie des droits de l’homme se réduit comme peau de chagrin.

Le succès de messieurs Sassou et Issoufou sont autant de défaites françaises..

Le Cap Vert, démocratie exemplaire

S’il existe bien en Afrique une démocratie exemplaire, c’est, en dehors de la petite et remarquable Ile Maurice, le modeste Etat du Cap Vert, où le parti d’opposition l’a emporté dimanche. Le diplomate français Didier Niewiadowski, longtemps en fonctions dans ce pays, analyse les ressorts d’un succès. « Les ethnies n’existent pas au Cap-Vert, contrairement à la Guinée Bissau, pays frère dont il s’est opportunément détaché, en 1980. Le sentiment national est très fort, à peine modulé par les identités insulaires et l’expatriation. Outre le métissage, l’importante diaspora, presque équivalente à la population de l’archipel, soit environ 500 000 citoyens, est attentive au développement harmonieux du pays. Les femmes jouent un rôle éminent dans l’économie et la politique. Elles occupent de nombreux postes ministériels régaliens et sont très actives dans les affaires ».

Ce que notre diplomate aurait pu ajouter, c’est que la France n’exerce aucune influence au Cap Vert. Ce qui semble désormais une condition sine qua non pour réussir en Afrique une transition démocratique.

Auteur: Nicolas Beau

Nicolas BeauAncien du Monde, de Libération et du Canard Enchainé, Nicolas Beau a été directeur de la rédaction de Bakchich. Il est professeur associé à l'Institut Maghreb (Paris 8) et l'auteur de plusieurs livres, dont "Papa Hollande au Mali", "Le vilain petit Qatar", "La régente de Carthage" (La Découverte, avec Catherine Graciet) et "Notre ami Ben Ali" (La Découverte, avec Jean Pierre Tuquoi)

Source: Mondafrique.com

Publicité:

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS
Bannière article sidebar 320x200px
Bannières article - sidebar - 320x300px
Bannières article - sidebar - 320x400px
Emplacement publicitaire 320x520px
Bannière article sidebar 320x600px
Bannière article sidebar 320x900px

Actualités récentes

Le ministère français des Armées vient de lancer un appel à projets visant à disposer de propositions pour lutter contre l’épidémie de COVID-19. Les propositions étant attendues pour le 12 avril au plus tard, il est recommandé aux intéressés de soumettre leur proposition jusqu'au 30 mars 2020.

Pendant le débat sur le "communautarisme" bat son plein dans les cercles des pouvoirs publics français. Dans le cadre d'un stage dans une pharmacie, je reçois un indien qui visiblement semble perdu, je l'approche pour voir si je peux l'aider, je me rend compte que le mr parle anglais, il me fait des signes à la main qu'il veut un masque ? et un autre médicament qu'il a pris le soin d'écrire...

Fiscalité, protection sociale, élargissement de l'ACCRE, congés maternité… L'auto-entreprise connaît des évolutions à compter du 1er janvier 2019. Retrouvez dans cet article les changements à prévoir et les conséquences sur la gestion de votre entreprise.

Le saviez-vous ? Haïti a décrété les 20 septembre de chaque année « Jour de Dessalines » et les 17 octobre « jour de deuil national » en hommage au père de la nation, le Général Jean Jacques Dessalines. Mais savez-vous les vrais raisons de cette décision ?

On entend toujours dire que la pyramide de Khéops fait partie des sept merveilles du monde... beaucoup le répètent. Mais savez-vous exactement pourquoi ? Nous allons vous le révéler dans cet article.

Voici un texte publié par le Shemsu Maât, le Kher Grégoire Biyogo, philosophe, politologue, égyptologue, philologue, écrivain et reconnu savant. Plus exactement, son texte est intitulé "Critique de la conception tératologique de l'idée de Renaissance dans le paysage scientifique et intellectuel kamite actuel. Essai de déconstruction et de re-dynamisation d'une idée".. AfroPolitis vous propose l'intégralité de ce texte dans l'optique de stimuler la réflexion de chaque kémit.

La librairie panafricaine TAMERY SEMATAWY, a accueilli ce DIMANCHE 1er Novembre 2020, de 17 H - 20 H, le Sech COOVI REKHMIRE, savant kémitologue, pour une conférence magistrale, sur le thème "JESUS DE NAZARETH, LE GALILEEN, ÉTAIT-IL LE MESSIE DES SAINTES ÉCRITURES OU LA VIGIE DES VILES IMPOSTURES ?".

Ne pas savoir que le jugement est un outil de mesure, de performance, c'est être aliéné que de penser cela. Toute société qui n'a pas d'instrument de jugement de soi et de ses membres est condamnée à être dominée. Ne pas avoir de règles, c'est être incapable ou refuser de se penser libre. Seuls les hommes libres édictent des lois, des règles qui régissent leurs vie, leurs relations et interactions. Il est des choses qui sont normatives, et l'absence de règles détruit tout groupe social parce qu'il est ainsi affaibli, prêt à être asservi.

La spiritualité de nos Traditions africaines est VÉRITÉ-JUSTESSE ! Voici l'intitulé de cette conversation - vérité autour de nos traditions ancestrales publié par Kafui Ekué, membre de notre communauté AfroPolitis Media. AfroPolitis.com, votre média socialement connecté et politiquement engagé pour une Afrique unie, forte et prospère sélectionne et met en lumière les contenus les plus pertinents, postés par les membres de notre communauté sur les réseaux sociaux.