fbpx

Guerre en Ukraine : Quand Zelensky s'exprime devant l'UA et infantilise tout un continent

Politique
Typographie

Volodymyr Zelensky s’est exprimé ce lundi 20 juin par visioconférence et à huis-clos devant l’Union Africaines(UA), lors d'une intervention largement boycottée par les chefs d'états africains. En effet, seulement quatre chefs d'état ont pris part à cet événement dont : Alassane Ouattara de Côte d'Ivoire, Mohammed el-Menfi, président du Conseil libyen, Denis Sassou Nguesso du Congo et Macky Sall, président en exercice de l'UA. Cette indifférence particulièrement caractérisée reflète le virage diplomatique courageux opéré par une Afrique en lutte, qui réclame depuis des décennies l'instauration d'un monde multipolaire dans lequel ses besoins fondamentaux seront respectés.

Devant l'UA, Zelensky a tenté de remobiliser par le haut, une opinion publique africaine largement favorable à la Russie depuis le déclenchement de l'opération militaire spéciale le 24 Février dernier.

Rappelons que le 02 mars dernier, lors du débat à l'ONU portant sur une résolution visant à condamner Moscou pour son invasion de l'Ukraine, dix-sept(17) États membres de l’UA se sont abstenus : l’Algérie, l’Ouganda, le Burundi, la République centrafricaine, le Mali, le Sénégal, la Guinée équatoriale, le Congo RDC, le Congo Brazzaville, le Soudan, le Soudan du Sud, Madagascar, le Mozambique, l’Angola, la Namibie, le Zimbabwe et l’Afrique du Sud, un(01) a voté contre : l'Érythrée et sept(07) n'ont carrément pas pris part aux votes : le Cameroun, l’Éthiopie, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Burkina Faso, le Togo, l’Eswatini et le Maroc.

C'est donc près de la moitié du continent qui a refusé de condamner la Russie, malgré les énormes pressions exercées par l'UE et les Etats-Unis pour contraindre leurs opinions.

Zelensky devant l'UA comme un bourreau en territoire hostile...?

L'Afrique aura t'elle fini par retrouver son courage face aux grands RDV de l'histoire ? Se sera t'elle rappelé le mépris, le racisme et la cruauté avec lesquelles l'Ukraine des néo-nazies européistes a traité les ressortissants africains vivant sur son territoire, au tout début de l'intervention spéciale russe ?... Ces 16 000 jeunes africains qu'on a empêché d'avoir accès aux trains d'évacuation des populations civiles vers la Pologne voisine, à qui on a refusé même la nourriture servie aux Ukrainiens, sans oublier ceux qui ont servi carrément de bouclier humains derrière lesquels les soldats Ukrainiens se sont abrités pour faire face aux bombes de l'armée Russe... Ces scènes qui ont ému tout le continent.

L'Afrique n'a pas oublié la fidélité et le soutien de la Russie dans les moments difficiles. Dans les rues du Mali, de la République centrafricaine (RCA) et de l’Éthiopie, il y a eu des manifestations pro-russes. Le Mali a même expulsé l’ambassadeur de France, fermé les médias publiques de propagande de la France (RFI, France24, TV5 Monde), exigé le départ des forces militaires Barkhane après que Paris se soit ouvertement opposé à l'armée malienne et à l’implication des coopérants militaires Russes, qui travaillent en soutien à l'armée malienne engagée dans la guerre contre les attaques terroristes dans les régions du nord et du centre du pays.

Dès le début du mois de mars, l’Éthiopie a d'ailleurs commémoré le «Jour de la Victoire» qui célèbre la défaite du colonialisme italien en 1896 lors de la bataille d’Adwa; cérémonie au cours de laquelle l'on a pu voir des centaines d’Éthiopiens agitant le drapeau de la Russie en solidarité avec l’opération militaire spéciale en Ukraine.

Le journal allemand DW a rendu compte des liens militaires entre les États membres de l’UA et Moscou en expliquant :

« Ces dernières années, la Russie a de plus en plus utilisé cette connexion historique soviétique pour étendre ses relations politiques, économiques et, surtout, militaires avec les nations africaines. En 2019, Vladimir Poutine a organisé un sommet Russie-Afrique auquel ont participé 43 dirigeants africains. À peine un an plus tard, la Russie est devenue le plus grand fournisseur d’armes de l’Afrique. Selon une analyse de 2020 de l’institut de recherche sur la paix SIPRI, entre 2016 et 2020, environ 30 % de toutes les armes exportées vers les pays d’Afrique subsaharienne provenaient de Russie. Cela éclipse largement les approvisionnements en armes d’autres pays tels que la Chine (20%), la France (9,5%) et les États-Unis (5,4%). Cela a augmenté le volume des expéditions d’armes russes de 23 % par rapport à la période de cinq ans précédente.»

Quand Zelensky infantilise tout un continent...

L'UA, il faut le noter, ne s'est pas empressé de prêter son temps et ses oreilles à Volodymyr Zelensky. En effet, sa prise de parole a été plusieurs fois repoussée depuis le mois d'Avril. Cette réunion qui devait être une réunion continentale a finalement été une réunion entre monsieur Zelensky et le bureau élargi de l'Union africaine.

Au cours de son intervention monsieur Zelensky a infantilisé l'Afrique, en affirmant : « L'Afrique est otage de ceux qui ont commencé la guerre contre notre État ».

Le mythe de cette Afrique éternellement « jeune », réputée incapable d'avoir conscience de ses propres intérêts stratégiques et de les défendre, est le fond de commerce rentable des nations racistes et esclavagistes qui ont pillé sans vergogne et saigné à blanc le continent, assassinant autant ses dirigeants que ses populations... En infantilisant ainsi tout un continent, Volodymyr Zelensky s'inscrit dans la pure tradition des ennemis de l'Afrique, ceux la même qui tienne son stylo au conseil de sécurité de l'ONU et qui dictent aussi bien ses intérêts que sa parole diplomatique, sous peine de sanctions et de mesures de rétorsions politiques graves.

Il n'est donc pas étonnant que l'intervention de Zelensky ne suscite aucun commentaire sauf un rappel de principes généraux d'appel des parties à une résolution pacifique du conflit.

Par Kouadio Kouamé

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS