fbpx

[ Afrique ] Le panafricanisme en marche : trois pays africains décrètent 3 jours de deuil national suite aux attentats du Mali.

Photo des présidents IBK et Alpha Condé

Politique
Typographie

Le panafricanisme, c'est aussi et surtout, l'unité et le renforcement de la solidarité entre les peuples de la communauté Africaine. Moins de discours, plus d'actions concrètes. C'est ce que semble indiquer l'élan de solidarité inhabituel manifesté par la Guinée, le Sénégal, et la Mauritanie, qui ont décrété 3 jours de deuil national en soutien au Mali, pays "frère" durement éprouvé par une attaque terroriste meurtrière.

La Guinée, la Mauritanie et le Sénégal ont décidé d'un deuil national de 3 jours suite à l’attaque terroriste meurtrière du vendredi dernier contre l’hôtel Radisson Blu à Bamako; attaque qui a fait au moins 22 morts.

Cette décision a été prise sur proposition du président guinéen Alpha Condé, par ailleurs président en exercice de l’Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve Sénégal (OMVS), selon un communiqué officiel:

« Le président de la République Pr Alpha Condé, président en exercice de l’OMVS a proposé à ses homologues du Sénégal et de la Mauritanie d’un deuil national de trois jours à compter du lundi 23 novembre 2015 suite à l’attaque de l’hôtel Radisson Blu...», peut-on lire dans ce communiqué passé en boucle samedi à la télévision nationale.

Après le président Malien Ibrahima Boubacar Keïta, les présidents Alpha Condé, Macky Sall et Mohamed Ould Abdel Aziz, ont donc décrété trois jours de deuil national en Guinée, au Sénégal et en Mauritanie respectivement et ce, à compter de ce lundi, en signe de solidarité avec le peuple malien.

Publicité:

Il faut noter que l’attaque contre le Radisson Blu de Bamako a été revendiquée hier par le Front de Libération du Macina. Le Macina, cette région qui s’étend de la frontière mauritanienne à la frontière burkinabè et dont l’épicentre se situe autour de Mopti, est l’un des principaux théâtres des violences qui minent le Mali.

Notons également que dès 7h du matin, les assaillants sont arrivés à bord d’un véhicule immatriculé “corps diplomatique” et ont neutralisé les gardiens qui assuraient la sécurité des lieux. Ensuite, 170 personnes ont été retenues en otage pendant plus de neuf heures.

L’assaut lancé par les forces armées Maliennes s’est soldé par la libération de certains otages, mais le bilan humain a été très lourd.

Selon les chiffres officiels, au moins 22 personnes ont été lâchement assassinées, parmi lesquelles figurent 13 personnes de nationalités étrangères, dont:

  • Six Russes. Ils étaient employés de l'entreprise de fret aérien Volga-Dnepr, a annoncé le ministère russe des Affaires étrangères, et viendraient tous de la région d'Oulianovsk, où se trouve le siège de la compagnie, selon l'agence Interfax, citant les autorités de la région.
  • Trois Chinois. L'entreprise publique chinoise China Railway Construction a confirmé la mort de trois de ses cadres qui étaient en visite au Mali pour discuter de projets de coopération avec des gouvernements africains.
  • Deux Belges. L'un d'eux, Geoffrey Dieudonné, 39 ans, était haut fonctionnaire au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, ont annoncé les autorités belges. L'identité de la deuxième victime n'a pas été divulguée.
  • Une Américaine. Le décès d'Anita Ashok Datar a été annoncé par le département d'Etat, sans plus de précisions.
  • Un Sénégalais. Il était employé d'une société pétrolière, d'après le ministre sénégalais des Affaires étrangères, Mankeur Ndiaye.

Pour lutter contre la montée du fondamentalisme religieux, le président Alpha Condé a quant à lui appelé tous les Guinéens à la vigilance et menacé de fermer toutes les écoles franco-arabes où les filles portent des voiles intégrales :

« Je fermerai toutes les écoles franco-arabes où les élèves portent des voiles intégrales », a t-il affirmé.

L'état d'urgence a été décrété sur l'ensemble du territoire Malien pendant dix jours.

Après les multiples condamnations du douloureux événement survenu à Bamako et les soutiens venus des quatre coins du monde, le Mali sera donc accompagné par trois pays “frères” dans l’observation de cette période de deuil.

Ce qui est en soi un événement exceptionnel, à encourager et féliciter dans le contexte actuel de l'Afrique, où la mise en place effective du panafricanisme des nations est devenu le principal cheval de bataille politique de la jeunesse africaine consciente.

La rédaction - Afropolitis

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS