fbpx

Afrique : Le Togo s'enflamme...déjà 6 morts

Politique
Typographie

Depuis la reprise des manifestations le Samedi 08 Décembre pour exiger le report des élections législatives, le Togo est plongé dans une violence extrême. Le Samedi dernier, 3 citoyens ont été abattu dont deux par le chef d’état major des Forces Armées Togolaises, le General Felix Katanga.

Ce dernier fut identifié par de nombreux témoins qui l’ont vu et ont enregistré une vidéo de lui entrain de tirer à bout portant sur des civils. Parmi ses victimes, nous déplorons la mort d’un petit garçon de 11 ans qui balayait un atelier de mécanique au bord de la route. Le Général Katanga abattra sauvagement un autre civil quelques minutes plus tard tuant ainsi deux innocentes personnes qui ont commis comme seuls crimes d’être d'honnêtes citoyens.

À Sokodé, la capitale de la région centrale, les militaires ont déployé là aussi une violence inouïe contre les populations.

Un monsieur du nom de Ouro Gao Sébou, âgé de 45 ans été abattu tel un animal par les militaires et fut inhumé au cimetière de la ville le lendemain dimanche tel que l’exige la tradition des communautés musulmanes du Togo.

La nuit du Dimanche à Lundi , la ville de Sokodé a subit des tirs de sommation, ceci pour intimider les populations et leur empêcher de sortir le lendemain. Ceci n’a pas pour autant découragé les populations de Sokodé qui depuis un an sont devenus le fief de la résistance contre le régime militaire quinquagénaire des Gnassingbé. Ce lundi, trois citoyens ont encore été exécutés par les militaires.

6 morts en deux jours de protestation ainsi que la destruction massive des propriétés par les militaires. À Sokode particulièrement, nous avons reçu des vidéos et images des militaires togolais entrain d’incendier les magasins pour soit disant punir les personnes qui soutiennent l’opposition notamment le parti PNP de Tikpi Atchadam.

Publicité:

Ce que nous vivons au Togo est un coup de force, une guerre des militaires contre une population civile non armée. L’interdiction des manifestations constitue une violation de notre liberté d’association garantie par la Consititution de la du Togo qui dans son article 30 dit: "L'Etat reconnaît et garantit dans les conditions fixées par la loi, l'exercice des libertés d'association, de réunion et de manifestation pacifique et sans instruments de violence."

En outre, le déploiement des forces militaires qui n’a aucun rôle à jouer dans le maintien de l’ordre et la participation active du chef supérieur de l’armée dans la répression et le meurtre des population témoigne que ce régime est prêt à aller jusqu’au bout dans sa décision de mater et de tuer le peuple qui depuis plus d’un an réclame courageusement la fin de la dictature.

Notre cœur saigne de colère et de douleurs mais nous ne laisseront pas ces violences nous décourager et encore moins nous ralentir dans notre quête de la liberté. Le Togo n’appartient pas au Gnassingbé et nous défendrons notre nations quelque soient les tyrans car notre cœur soupire vers la liberté.

Togo Debout! Luttons sans défaillance.

La partie où la mort, nous avons vaincu.

Auteur : Farida Bemba Nabourema , Citoyenne Togolaise Désabusée

Devenir annonceur, pour être visible

This is a simple hero unit, a simple jumbotron-style component for calling extra attention to featured content or information.

Call to Action

Publicité:

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS