fbpx

Ukraine : Le régime de kiev fait abattre un de ces négociateurs soupçonné de "trahison". Gêne de l'occident et black out des médias.

Politique
Typographie

La guerre entre la Russie et l'Ukraine est la crise majeure, la plus redoutée actuellement puisqu'elle pourrait potentiellement provoquer une guerre généralisée. Alors que les deux parties directement engagées dans le conflit ont entamé des négociations en vue de l'obtention d'un cessez-le-feu, notre rédaction vient d'apprendre l'assassinat sommaire de l'un de ses propres négociateurs soupçonné de "trahison" par le régime Ukrainien. Cet assassinat occasionne une grande gêne dans le camp de ses alliés occidentaux, comme en témoigne le black-out médiatique qui entoure l'événement.

Selon les derniers rapports qui nous sont parvenus ce samedi 05 mars, faisant état de la mort d'un responsable ukrainien en charge des négociations avec la Russie, il s'agit bien du négociateur Denis Rikeev, accusé par le régime de Kiev de coopérer avec Interpol dans le cadre d'enquêtes potentiellement compromettantes et de négocier avec la Russie sur des questions critiques.

La nouvelle a d'abord été couverte par les médias locaux, puis elle a commencé à faire surface sur les réseaux sociaux tout au long de la journée après avoir confirmé le nom de Denis Kireev. Selon les rapports, un total de trois négociateurs avaient été tués au cours de l'attaque par des agents des services Ukrainiens. Les négociateurs étaient associés au département en chef du renseignement du ministère de la Défense de l'Ukraine. »

Le communiqué publié par le ministère de la Défense indique que Kireev était l'un des trois négociateurs tués dans cette attaque. Le communiqué a également précisé que tous avaient sacrifié leur vie en servant leur pays.

La nouvelle de son meurtre s'est répandue comme une traînée de poudre sur Internet, mais les médias occidentaux ont adopté le silence comme règle de base.

Rappelons que les médias russes RT et Sputnik ont été bâillonnés et fermés par l'UE sur ordre de l'OTAN...

Par Kouadio kouamé, directeur de publication.

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS